Accident de Brétigny : ce que la SNCF aurait préféré cacher à la justice

 
 
image
 
 
 
 
 
Accident de Brétigny : ce que la SNCF aurait préféré cac…

INFO LE FIGARO/VIDÉO – Le dossier de l’instruction, consulté par Le Figaro, montre comment l’entreprise a tenté d’atténuer ses responsabilités.
Aperçu par Yahoo
 
INFO LE FIGARO/VIDÉO – Le dossier de l’instruction, consulté par Le Figaro, montre comment l’entreprise a tenté d’atténuer ses responsabilités.

Treize tomes d’instruction judiciaire. Des milliers de pages. Et au milieu, bien cachées, quelques pépites. Morceaux choisis du dossier consulté par Le Figaro. La SNCF a eu entre les mains le rapport du bureau enquête sur les accidents de transport terrestres (BEA-TT), une instance censée être indépendante… trois mois avant sa sortie. Par ailleurs, la compagnie de transports publique a tout fait pour ne pas communiquer aux enquêteurs des pièces indispensables à la manifestation de la vérité.
Malgré tous les efforts qu’il a déployés, le service juridique de la SNCF a oublié une donnée importante: dans le cadre d’une instruction judiciaire, il est possible d’effectuer des écoutes téléphoniques. Et leur transcription est accablante pour l’entreprise. Ainsi ce conseil de Claire Chriqui, juriste de la SNCF à un agent qui va être entendu prochainement par les enquêteurs et qui envisage d’apporter ces fameux référentiels. La juriste recommande fortement de «ne rien» leur apporter». Plus loin: «Tu ne vas pas arriver avec tout ton matos. Tu viens avec rien (…). Il ne faut pas être pro-actif avec eux, Il faut véritablement attendre leurs demandes». Message reçu, l’interlocuteur propose du coup d’aller cacher ces documents «au fin fond de l’Auvergne».
Autre exemple avec Laurent W., le dirigeant de proximité en charge du secteur de Brétigny. C’est lui qui effectue la dernière tournée d’inspection, une dizaine de jours avant le déraillement. C’est lui qui, comme tous les autres depuis 2008, ne remarque rien d’anormal sur le coeur de l’aiguillage. Quand les enquêteurs lui demandent son ordinateur professionnel, W. leur répond qu’on le lui a «volé». Mais pas de chance, l’ordinateur sera retrouvé par les policiers dans «un petit local», à quelques centaines de mètres au sud de la gare de Brétigny. L’ordinateur a été expurgé d’une partie de son contenu.
Les magistrats instructeurs ne se sont pour autant pas laissés berner. Mieux, ils ont acquis une certitude: si une inspection, une seule, entre 2008 et 2013 avait été correctement effectuée, la catastrophe de Brétigny-sur-Orge aurait pu être évitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.