Agir : l’exemple de la Basse-Normandie ?

La ligne TER Paris – Chartres n’est pas la seule a vivre un début d’année catastrophique. En Haute-Normandie, un blog des usagers de la ligne Le Havre – Rouen – Paris a une tonalité très proche du nôtre. On y apprend notamment qu’en Basse-Normandie cette fois, le président du Conseil régional, Laurent Beauvais, a pris une décision radicale.

 

Suite aux multiples incidents rencontrés sur les lignes de sa région, Laurent Beauvais a décidé purement et simplement de suspendre les paiements à la SNCF. Il informe les internautes de cette décision sur son blog.  Il souligne que faute de moyens humains et matériels suffisants, la SNCF se trouve dans l’impossibilité d’assurer le service quotidien sur les lignes TER. La somme versée par la région Basse-Normandie à la SNCF pour l’exploitation des lignes est de 50 millions par an. La mise en place du cadencement, également le 14 décembre 2008, est financé lui à hauteur de 7 millions d’euros.

 

Mais au vu des problèmes rencontrés depuis le début de l’année, le Conseil régional de Basse-Normandie va donc suspendre ses paiement en attendant que la SNCF fasse un inventaire des moyens mis en place pour le cadencement, afin de juger si les 7 millions d’euros sont utilisés à bon escient. Il veut ainsi s’assurer que la SNCF honore les termes de son contrat.

 

Laurent Beauvais le dit lui-même, c’est une décision spectaculaire et difficile à prendre. Un autre article souligne qu’une telle suspension des paiements n’est probablement pas légale, mais le but est bien de faire réagir la SNCF.

 

Au-delà de l’opinion que chacun pourra se faire sur cette décision, il est assez rassurant de voir que certains Conseils régionaux se décident à agir pour aller dans le sens des usagers qui sont aussi des contribuables. La région Centre paraît à côté bien muette.

 

Pourtant, on constate que dans la commission Transports de la région Centre, composée de 8 membres, pas moins de trois sont issus d’Eure-et-Loir, dont le président et le premier vice-président de cette même commission. Il s’agit de Gérard Breteaux (président Verts, qui s’est en outre manifesté contre la suppression des contrôleurs et le renforcement des dessertes sur notre ligne), Laurent Rabaté (premier vice-président et membre du PS à Chartres) et Philippe Vigier (député Nouveau Centre de la 4ème circonscription et maire de Cloyes-sur-le-Loir).

 

Plutôt que subir, il serait peut-être temps de trouver des moyens d’agir. On a déjà ce blog, qui permet de rassembler en un même lieu des usagers qui vivent au quotidien la débâcle engendrée par le manque de moyens mis en place par la SNCF. On se plaint, ça fait du bien, mais ça n’est plus suffisant. Déjà, ne peut-on pas mettre en place une base de données qui recenserait tous les problèmes rencontrés, à l’exemple du blog des usagers de la ligne Le Havre – Paris ?

 

Ensuite, ne pourrait-on pas se fendre d’un courrier collectif, ou créer un modèle de lettre que chacun enverrait à nos trois conseillers régionaux membres de la commission Transports ?

 

Et puis, il est peut-être intéressant de rappeler que les élections régionales ne sont que dans un an…

 

Seb_r

0 Replies to “Agir : l’exemple de la Basse-Normandie ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.