Fatigué…

Bon, je sais, il y avait encore beaucoup de neige ce matin, et ce coup-ci encore, la SNCF avait une bonne excuse.

Mais quand même…

Ce matin, à la gare de Rambouillet, à 7h25, on nous dit : retard indéterminé sur le 7h27 (celui qui est censé arriver à Paris à 8h), reportez vous sur le Transilien.

Bon. Fallait s’y attendre.

Que fais-je : j’attends le TER suivant ou j’obtempère et je prends le Transilien ? Va pour le Transilien, au moins je serai assis.

Un Transilien lent, très lent, très très lent qui à La Verrière, nous dit : « terminus, tout le monde descend » (pas d’autre explication. L’agent de conduite, il est là pour conduire, il n’est pas là pour communiquer). Il est déjà 8h05.

Le quai de la Verrière un jour de neige, avec la clientèle habituelle + les passagers en retard + les naufragés du Transilien qui vient de nous lâcher, c’est… comment dire ? pas vraiment le genre d’endroit où on a envie de s’éterniser. Quasiment sans prévenir personne, un train pour la Défense quitte la gare à 8h12, sous le regard rageur de ceux qui s’étaient entassés dans le Transilien suivant, arrivé à 8h10 et désormais « retenu à quai ». Coup de bol : j’étais dans ce train vers la Défense. Ce train qui va mettre un certain temps, pour ne pas dire un temps certain à effectuer les quelques  km séparant St Cloud de la Défense. J’arrive à la Défense à un bon 9h, et encore, j’ai eu de la chance car juste après, c’est « incident à la voie, trafic interrompu entre La Verrière et la Défense pour une durée indéterminée ».

Après un RER A rapide comme un RER A en fin d’heure de pointe…

J’aurais finalement mis 2h15 de porte à porte.

Et je m’attends à ce qu’on me dise « et alors ? Estime toi heureux de ne pas être naufragé de la route ! »

Oui, oui, oui…

Mais quand même… Fatigué…

Juste une question, pour être sûr que la prochaine fois, tant pis, j’irai m’entasser dans le TER : le 7h42 (arrivée à Paris 8h15), il est passé ? A l’heure habituelle ?

NKR

 

0 Replies to “Fatigué…”

  1. Dans les témoignages il est important d'essayer d'analyser l'origine des maux. Au fond si possible. Autrement tout le personnel sncf qui coach N Cotat aura toutes les facilités de l'enfumer par les excuses habituelles bien rodées qui sont la culture cheminote.
    Même avec cela il risque d'être difficile de "libérer" N Cotat.

  2. @12:25 Serait-ce trop fatiguant que tu argumentes un peu? Au lieu d'affirmations péremptoires.
    Le bureau demande des témoignages. Dire quels genres de précisions il faudrait apporter me semble être dans le sujet.
    Et toi, Tu l'as lu? Et tu l'as compris?

  3. C'est encore la faute des usagers!
    Quand les usagers ont eu les horaires, ils étaient déjà imprimés. Il n'y avait plus rien à faire.
    Si ce n'est que quelques miettes pour faire illusion.
    Personne n'a réagi? Vous devriez vous en inquiéter. C'est la preuve que l'usager à intégré qu'il n'y a pas de possibilité de dialoguer avec le cheminot.
    C'est pas bon de refuser un peu de considération à une foule qui n'est pas encadrée.

  4. Aujourd'hui on y voit plus clair, en fait on s'aperçoit qu'il n'y avait véritablement rien à négocier ou presque, et cela dès parution du projet d’horaires fin Juin !

    Tout le reste n'aura été que de la communication bien orchestrée par la SNCF, pouvant laisser espérer qu'il pouvait y avoir des modifications, dans ce sens la nomination du médiateur en aura été le dernier acte.

  5. bah oui, la SNCF nous enfume tous, de manière plus ou moins directe et officielle.
    On paye de plus en plus cher mais ça ne gène ni l'état, ni les juristes (payer pour une prestation que l'on n'a pas !!!), ni la région,…
    Bref, de l'enfumage sur toute la ligne !

    PS : certains tentent tjs contre vents et marée de défendre cette "entreprise" et lui trouver des excuses…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.