La SNCF va étudier une demande d’ouverture de ses données

La SNCF va étudier la demande d’une association d’usagers qui lui a remis mardi une pétition signée par plus de 10.000 personnes pour réclamer l’ouverture de ses données internes, après la catastrophe de Brétigny-sur-Orge. « Nous allons dans le cadre de notre programme +open data+ étudier les propositions » qui nous ont été faites, a déclaré à l’AFP Patrick Ropert, le directeur de la communication du groupe. Il a estimé que cette demande « contribuera(it) » à la réflexion de la SNCF sur l’open data, c’est-à-dire la mise à la disposition du grand public de données internes à une entreprise ou à une administration. M. Ropert a rappelé que l’opérateur public était « l’un des premiers groupes français à s’être engagé dans une démarche d’+open data+ en décembre 2011 ». A l’origine de la pétition, l’Association des voyageurs usagers des chemins de fer (AVUC) s’est elle dite déçue à l’issue de la réunion, regrettant notamment l’absence de calendrier. « Nous sommes déçus par le peu de résultat de la rencontre », a déclaré son porte-parole Willy Colin, joint par l’AFP. Il a précisé que son association continuerait de militer en faveur de la mise à disposition de ces données. « Les voyageurs veulent savoir avec quoi ils roulent et sur quoi ils roulent », avait-il indiqué avant d’être reçu par le directeur de la sécurité de la SNCF, Alain Krakovitch. L’association a lancé cette pétition le 19 juillet, une semaine après l’accident ferroviaire du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge, qui a fait sept morts et dix blessés. Le document, adressé à la SNCF, à Réseau Ferré de France (RFF) et au ministère des Transports, a recueilli plus de 10.000 signatures sur le site www.change.org. L’ensemble des signataires réclame la publication des données du système ferroviaire sur une plateforme accessible au grand public. « On a des usagers de la ligne Paris-Orléans-Limoges, on a beaucoup de Parisiens, des gens qui prennent le RER, des usagers de la région Rhône Alpes, des victimes et des proches des victimes de la catastrophe de Brétigny », a recensé Willy Colin, soulignant que tous partagent « le même sentiment d’inquiétude ». « On a également des cheminots, et notamment des conducteurs qui témoignent sur la situation lamentable du réseau (…). Cela renforce notre exigence de transparence », a expliqué le porte-parole. La SNCF possède déjà un site, www.data.sncf.com, où l’usager peut notamment vérifier la ponctualité ou les retards des trains. L’initiative ne suffit pas à satisfaire l’AVUC, qui réclame la publication de données détaillées, relatives aux équipements (âge et entretien des caténaires, voies, ballast, aiguillages…) et au matériel roulant (date de mise en service, état d’entretien, date de sortie du parc…). « Le site actuel de la SNCF ne correspond pas du tout à notre vision de l’+open data+. C’est de la communication tarte à la crème », a dénoncé M. Colin. L’association a par ailleurs pointé plusieurs incidents, « passés sous silence » par la compagnie ferroviaire durant l’été. Parmi eux, le déraillement d’un TER avec 50 voyageurs à bord près de la gare de Lyon Part Dieu à cause d’une rupture d’essieu fin juin, et la rupture d’une éclisse à proximité de la gare d’Angers Saint-Leu en août. « Est-ce que la transparence affichée par (le président de la SNCF Guillaume) Pepy n’est pas une transparence de circonstance, née sous le feu des projecteurs ? », s’est interrogé le porte-parole. L’ouverture des données s’applique déjà à de nombreux domaines comme la sécurité ou les finances publiques.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.