Le SUD porte bien mal son nom…

Une fois de plus, une OS, en l’occurrence SUD Rail, va démontrer ce que « combat syndical » signifie.

La SNCF a décidé de revenir en arrière concernant la modification des conditions de travail de de sa branche fret.
Les organisations syndicales ont fait preuve d’une toute relative union (en ordre dispersé, tout de même) en déposant des préavis de grève les 19 puis 23, et 24 novembre.
Puis les dirigeants de la SNCF, ayant sans doute pris conscience de la mesure de l’ampleur du mouvement, ont décidé de temporiser en supprimant la modification de son réglement permettant la dérégularisation du temps de travail des cheminots de sa branche fret.

Face à ce retour en arrière, les syndicats ont, tout logiquement, retiré leur préavis de grève.
Tous ? Non !
Un syndicat résiste encore et a décidé de maintenir son préavis : SUD rail !

Le plus étrange dans cette affaire est que SUD, peu représentatif au niveau des conducteurs, n’a pas vraiment de pouvoir de pression : les grandes lignes et les TER des régions éloignées de Paris vont assurer à 100% leur trafic. Ne restent que les Transiliens, RER et TER autour de Paris qui seront impactés par ce mouvement.

En conclusion, SUD, prétendant défendre l’intérêt des travailleurs contre les méchants capitalistes, ne fera que gêner les milliers de travailleurs qui ont besoin des trains pour se rendre à leur travail entre province et région parisienne, et ceci, pour une raison qui n’a plus lieu d’être.

Merci SUD !

 Br 

0 Replies to “Le SUD porte bien mal son nom…”

  1. Il faut donc que l association communique massivement ( sur ce blog par voie de presse …) ce compte rendu factuel en montrant précisément la langue de bois de la SNCF et son peu d' importance et de considération qu elle nous porte a nous ses clients ! C est le seul moyen pour les faire réagir : que tout le monde s en rende compte publiquement et que leur incompétence et leur incapacité a réagir et mettre en place un plan d' action soit officialisé partout

  2. anonyme 24 avril;

    exactement. Il faut prendre l'exacte mesure de ceux qui traitent si mal les usagers mais s'en foutent totalement.
    Si vous pensez qu'il suffit d'avoir raison pour faire avancer les choses; autant croire au père noel.

  3. Personnellement, j'y étais…..
    J'ai trouvé cette réunion très instructives. Il y a des problèmes à tous les niveaux. Et c'est grâce à ces réunions que nous arrivons à les mettre en lumière.
    Ce que j'ai trouvé le plus dérisoire, c'est que la région IDF considère qu'elle peut vivre toute seule sans concertation avec les autres régions, un peu comme le village d'Astérix dans la Gaulle.
    Un grand merci à l'association, aux personnes présentes, à la vice-présidente de la région et aux interlocuteurs de la SNCF. Même si toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, au moins, elles ont été dites et j'espère entendue.

  4. Je vous rejoint dans votre analyse, en sortant de la réunion j'étais plutôt en colère mais cette fois ci contre les usagers, aux abonnés absents. C'est bien la peine de raller tous les matins sur les quais.
    Bon week end.

  5. Le pb c'est que personne n'y croit et dans la vie pour avancer il faut un minimum d'espoir. J'ai pris la peine de me déplacer ce matin car je suis persuadée que si l'association est légitimée par l'adhésion de nombreux usagers, il sera possible de faire quelque chose.

    Le regret de ce matin :
    peu de personnes (je m'en doutais, souvent on râle mais on ne bouge pas…)
    de l'agressivité de 2 voyageuses (des bougonnements/coupures de paroles des élus,bout de phrases projetés/aggressivité contre les usagers d'ile de france alors que l'association défend l'ensemble des usagers de la ligne.. ) cela ne fait pas avancer le débat…
    mais le point positif c'est qu'heureusement il y a eu des remarques trés pertinentes de la plupart des usagers présents qui ont demandés à prendre la parole
    Car il ne faut pas oublier le but c'est de trouver des solutions et pas se regrouper pour uniquement se plaindre et non agresser les représentant de la SNCF, Région etc… qui se sont quand même déplacés.

    Si on veut que l'association soit crédible restons constructifs.

  6. Pour ma part, je ne me suis pas déplacé, je ne pouvais pas.
    Mais si j'avais pu … je ne l'aurais pas fait !
    Non pas que je ne me sente pas concerné (je n'ai pas encore cotisé à l'assoc. mais ça ne saurait tarder) mais plus par manque de courage et de motivation

    C'est le WE et si y'a bien une chose que je veux laisser derrière moi : c'est le train

    Je vois par cet absentéisme plus de la résignation que du désintérêt (c'est mon cas)

    ça fait 12 ans que je fais Maintenon-Paris tous les jours. En ce moment c'est un véritable ras le bol, mais pour autant, je ne me suis pas déplacé. contradictoire ?

    Cette situation relève d'une véritable nébuleuse : cheminot, dépôt de Chartres, région Centre, SNCF, STIF, pouvoirs publics …
    Impossible de cerner qui est plus responsable qu'un autre, ils se renvoient tous la balle

    Je suis ami avec un cheminot de la ligne (qui lit ce blog), son discours est cohérent (et il ne cherche pas à m'embobiner). Mais si on écoute toutes les versions, tout se tient. Alors quid ?

    Je souhaite bien du courage aux membres de l'association pour faire valoir nos droits dans cette jungle, mais malgré mon optimisme, je suis dubitatif quant aux chances de succès.

    PS : un petit mot au passage aux abrutis qui passent leur temps à critiquer et insulter les blogueurs ici même : Vous êtes risibles de stupidité

    Bon courage à tous, et bon WE

    Seb

  7. L'association a-t-elle un programme d'actions qu'elle vise à mettre en place pour "sensibiliser" à l'écoute chez ces gens la?

  8. La réunion de ce matin m'aurait plus concerné si il n'y avait pas ses 2 gugusses de la SNCF qui n'ont aucun poids dans l'entreprise malgré leur titre ronflant. Etant ex-cheminot, je les connais personnellement et c'est à cause de ce genre de personnes que j'ai quitté la SNCF alors que j'adorais mon métier.
    Maintenant, je suis tributaire d'eux et je subis comme tout le monde les perturbations mais connaissant la SNCF de l'intérieur, je relativise.
    Si les choses doivent bouger, il faut que la Région s'implique beaucoup plus dans le suivi du plan de transport régional et demande son dû lorsque le contrat n'est pas rempli. Et qu'on arrête de parler rentabilité pour une mission de service public. La rentabilité est impossible dans ce cas. Seul un équilibre des comptes doit être recherché.
    Et un petit message aux râleurs, lisez aussi dans l'hebdomadaire "Marianne" l'enquête consacrée sur "la SNCF qui déraille". Vous verrez que les cheminots de base aiment leur métier mais qu'ils font avec les moyens du bord imposés par une politique d'entreprise déconnectée de la réalité et c'est nous qui en subissons les conséquences. En tout cas, cet article me conforte dans le constat que j'avais fait avant de prendre ma décision de démissionner de cette belle entreprise malgré tout.

  9. C'est sûr que la réunion de ce matin a été torpillée par les deux cols blancs de la sncf qui ne voulaient que se disculper et ne pas accepter la critique.

  10. Je suis venu ce matin, j'ai du partir au début suite à un gros souci dans la famille.

    J'espère que nous pourrons continuer à avancer sur ce sujet, et je pense également que c'est à nos élus de faire pression sur la SNCF pour que des propositions de solutions soient entendus, en priorité la région mais également nos élus locaux et ceux qui nous représentent au niveau national.

    Ah, si certains pouvaient dépasser les clivages politiques standards …

  11. Je suis tout à fait d'accord avec certains commentaires.
    C'est à la Région de taper du poing sur la table. Il est aberrant de voir que les sanctions financières prévues par la convention et soit disant appliqués, sont basés sur les incidents remontés par la SNCF. De plus, il n'est pas normal que la région paie une partie des travaux à RFF, autorité publique sensé être indépendante. Nous payons 3 fois : par les abonnements, par les impôts locaux et fonciers, et par les impôts sur les revenus.

  12. A Seb, je peux comprendre que beaucoup de personnes n'ai pas le temps et l'envie le week-end de venir écouter les "justifications" des différents intervenants. Mais de grace, il existe une association qui ne vous demande pas beaucoup de temps et d'adhérer pour que nous soyons le plus représentatif possible. Avouez également que le montant de l'adhésion n'est pas rédhibitoire, mais on vous demande donc de parler de l'existence de cette association qui a déjà commencé à mettre un coup de pied dans la fourmilière. On ne peut pas faire des opérations de communication avec nos maigres moyens, aujourd'hui à titre personne j'ai déjà investi 60€ dans l'association …

  13. On ne peut pas faire des opération de communication avec de faibles moyens? Qui a dit cela?
    Si on le peut. Il faut le vouloir, très fort et avoir des idées. Fortes.

  14. Après un retour du boulot catastrophique vendredi soir, je ne voulais pas sacrifier un samedi matin de grasse matinée pour revenir sur les problèmes rencontrés presque quotidiennement.

    Je conseillerai d'ailleurs aux organisateurs de faire ce type de réunion le soir dans la semaine type mardi 18h ou 19h30 ou encore jeudi à Maintenon ou Epernon.

    Quelle drôle d'idée de faire ça le samedi matin.
    je comprends d'ailleurs que le stiff ne puisse être représenté le week-end… ou encore que les personnes de la sncf à forte implication et capable de réagir ne puissent aussi être présentes.

    Le principe de rencontre entre les différentes entités et des personnes de l'association est très bien à condition que tout ceci soit organisé. Je pense qu'il est difficile de mettre en face à face tous les usagers qui le souhaitent avec ces représentants.
    Dur travail de représentant d'une association !
    Merci pour le temps que vous consacré !

    Cordialement,
    EB

  15. Je vous l'avais dit qu'il n'y aurait presque personne à cette réunion.
    C'est facile d'écrire des stupidités sur les cheminots mais difficile de les répéter devant ces personnes.

  16. Anonyme de 10h25 : Peut être parceque à 18h00 beaucoup sont encore à Paris. 19h00 me semble plus réaliste. Toutefois, il faudra tjrs aller chercher les enfants chez la nourrice où à la crêche, le cours de gym etc. quand on ne veut pas se déplacer les excuses ne manquent pas. Perso, le samedi je ne suis pas pris par mon travail et le reste n'est qu'une question d'organisation. Si les prochaines réunions ont lieu à Epernon, j'y serais (18km pour moi) mais je ne crois pas que les absents de samedi seront plus présents ce jour là.
    Cela n'est qu'un simple constat.

  17. Moi j'ai assisté à la réunion de samedi et bien que je connaisse un peu les tenants et aboutissants je l'ai trouvée très instructive.
    C'est sûr nos interlocuteurs représentant la SNCF n'ont pas sorti de solution miracle mais ils m'ont semblé gènés aux entournures et les problèmes ont publiquement remontés jusqu'au conseil régional; à nous maintenant client, usager,adhérent de maintenir une pression constante pour essayer de secouer cette vénérable institution qu'est la SNCF.

    mich

    MICH

  18. Je soutiens l'association de tout coeur mais comme je suis mutée à l'étranger cet été, je laisserai les pbs récurrents derrière moi.
    J'avoue que la région est belle mais je ne reviendrai pas y habiter à mon retour en France car la SNCF a réussi à me dégouter. C'est trop galère de ne jamais savoir à quelle heure on va arriver au boulot et de ne jamais savoir à quelle heure sera le retour à la maison. Depuis plusieurs semaines, le trajet du retour est en moyenne de 50 mn alors que la théorie indique 35mn. Ras le bol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.