Samedi 14 Novembre

Bonsoir à tous,
 
l’exaspération est une nouvelle fois à l’origine de ce mail.
Ce soir, le train de 18h47 en gare de Versailles-Chantiers et à destination du Mans a eu une dizaine de minutes de retard. Peste soit du service public le samedi !
Non seulement, nous n’avons pas été prévenu de ce retard par annonce (il semble normal désormais de subir les retards entre 5 et 10 min, on s’en accomode, on essaie en tout cas), mais une fois à quai, il se trouve qu’une personne, excédée j’imagine, s’en est pris à la conductrice ou un controleur. De quelle manière, je l’ignore.
Conséquence : nous avons entendu « suite à une altercation entre un passager et la conductrice, le train ne partira pas ».
Alors, entre les regards incrédules de certains, les soufflements exaspérés des uns et les « pourquoi on la vire pas? » des autres, nous fumes une fois de plus otages. Il n’y a pas d’autres mots pour décrire cet état.
Otages de la décision personnelle individuelle.
Et quand bien même cela n’aurait pas suffit, nous entendons à nouveau : « si vous ne descendez pas, le train ne partira pas ». Fort heureusement, une Wonder woman a pris les rênes (et les commandes en passant) et nous a mené à bon port.
Ce qui nous comforte dans l’idée que nous restons humains : ce ne sont pas les personnes qui travaillent à la SNCF qui sont ciblées, mais bien la SNCF tout court.
 
Dîtes-moi, je vous prie, dans quel monde de bisounours vit-on pour payer 115 euros (être remboursé de 25) pour n’avoir aucun service ? 
Aucun, puisque dès lors que vous payez une certaine somme, vous vous attendez à avoir les trains à l’heure, à quelques exceptions près. Notez bien qu’être à l’heure au travail n’a pas plus de valeur que pouvoir rentrer chez soi à l’heure aussi. Etre à l’heure le mardi ne vaut pas plus que l’être le samedi (puisque bien sûr, comme les agents de la SNCF, d’autres personnes assurent d’autres services publics le samedi).
Les « quelques exceptions près » ne signifient pas au minimum 1 fois par semaine (et je suis gentille là). 
Vous me direz qu’après les feuilles qui gênent les rails, après le controleur qui ne s’est pas réveillé, après les innombrables trains supprimés, après le verglas qu’on ne prévoit jamais, après l’absence de chauffage, après les trains courts qui remplacent les longs, on n’est plus à ça près.
 
Otages donc.
 
CRS (ce n’est pas une blague)
 
 
 
 
 
 


Vous êtes étudiants ? Bénéficiez de Windows 7 à 35? !  Découvrez notre offre !

0 Replies to “Samedi 14 Novembre”

  1. Vous me faite rigoler avec vos excuses.
    Est-ce que le fait de s'excuser change les choses ? Réponse : NON !
    Amors les excuses on s'en fout. Ce que l'on veut c'est du matos et des trains à l'heure suffisament dimensionnés !!

  2. en parlant d'esprits qui s'échauffent ce matin le controleur du train de 7h42 à Rambouillet s'est fait plaisir en disant à tout va que ce train n'était pas pour les rambolitains…
    Comment voulez vous qu'avec ce genre d'attitude dédaigneuse (couplé à de l'ignorance) on assiste pas à des tensions de plus en plus forte ?
    alors OUI il va avoir des bagarres et des blessés mais espérons que seul les cons seront touchés et quand on voit comment certaines personnes poussent comme des cons pour rentrer c'est hélas pas gagné. Et oui j'affirme que de nombreux rambolitains essaient de s'entasser et de pousser les gens pour rentrer dans les trains (je suis rambolitain donc on me ressort pas la guéguerre entre la région centre et l'île de France).

  3. oui il faut aller travailler mais il faut aussi respecter les autres personnes et quand je vois comme les gens se poussent entre eux pour rentrer on se dit qu'il y a un léger manque d'éducation.
    Comme tout le monde depuis 2 semaines je subis aussi tous ces problèmes et j'arrive en retard au boulot mais jamais je n'irais foncer dans le tas pour avoir une place.
    Soyons un minimum civilisé car ce n'est pas en se tapant dessus qu'on va arranger les choses.
    Les coupables c'est la région, le STIF et la SNCF. c'est sur eux qu'il faut taper pas entre nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.