SNCF : la CFDT lève son préavis de grève, l’UNSA le maintient

Trois syndicats représentatifs de la SNCF appellent à une grève reconductible à partir de mardi 31 mai au soir.
Trois syndicats représentatifs de la SNCF appellent à une grève reconductible à partir de mardi 31 mai au soir. STEPHANE MAHE / REUTERS

La CFDT-Cheminots, quatrième force syndicale à la SNCF, a levé son préavis de grève, lundi 30 mai, après de nouvelles propositions de la direction dans le cadre des négociations sur l’organisation du travail des cheminots pour réorganiser le travail des agents.

L’UNSA-Ferroviaire (deuxième syndicat) maintient de son côté le préavis. La CGT-Cheminots et SUD-Rail appellent également à une grève reconductible à partir de mardi soir.

A l’approche de l’Euro de football, qui démarre le 10 juin et dont la SNCF est le transporteur officiel, les syndicats entendent ainsi peser sur les discussions avec la direction, qui entrent dans leur phase finale. La CGT-Cheminots et SUD-Rail y ont joint des revendications liées au projet de loi de réforme du code du travail.

Lire aussi :   SNCF, RATP, aéroports : une nouvelle semaine de contestation sociale

« Après des discussions argumentées très intenses », la CFDT juge dans un communiqué que « le point d’équilibre est atteint ». Une réunion de négociation « qui s’est tenue samedi » a permis d’écarter « les propositions de remise en cause globale de l’encadrement des repos des personnels roulants », ajoute le syndicat, appelant les cheminots à « assurer l’ensemble du service ferroviaire ».

La direction de la SNCF aurait ainsi renoncé au projet d’assouplissement de la règle dite du « 19-6 », qui impose de ne pas travailler après 19 heures la veille d’un repos hebdomadaire et de ne pas redémarrer sa semaine de travail avant 6 heures.

Depuis mars, la SNCF est agitée par des grèves à répétition alors que le groupe renégocie son accord sur le temps de travail, bientôt caduc. Dans le même temps, les cheminots redoutent une dégradation de leurs conditions de travail à l’occasion de la remise à plat du cadre social cheminot, ultime mesure de la loi ferroviaire d’août 2014, qui permettra, à terme, l’ouverture du marché à la concurrence.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/05/30/sncf-la-cfdt-leve-son-preavis-de-greve-l-unsa-le-maintient_4929058_3234.html#hPeF1H7ho57JkbAr.99

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.