C’est le bazar dans toutes les régions…

C’est le bazar un peu partout…

1/ En Haute-Normandie :

– le blog de Vernon Train de Vie

* lire notamment leur billet du 14/01 Communiqué SNCF : après la glace, le dégel
* lire aussi pourquoi il n’y a pas de chauffage dans les TER 2N NG dans leur billet du 12/01 (ce serait à cause d’une puissance électrique insuffisante)

2/ En Bourgogne :
– Voir le Flash Info de Fauv’ Bourgogne, une des associations d’usagers en Bourgogne, relatant la gestion catastrophique de la direction SNCF

3/ En Nord Pas de Calais :

– Voir le site CommunauTER. Pareil : retards de plus en plus importants, trains bétaillères, congés vacances qui se transforment en congés retards…

4/ En Aquitaine :

– Depuis 2 ans, rien ne va plus sur le Pau-Bayonne (trains de plus en plus en retards, inconfort, trains bondés) : http://forum.sara-infra.com

Explications

Selon un tract de la CGT datant de vendredi 15 janvier 2010, « la réduction des moyens notamment humains avec 21 500 emplois supprimés depuis 2002, l’empilement des restructurations, le dépeçage de Fret SNCF entraînent une désorganisation de la production ferroviaire sur l’ensemble du réseau. »

« La transformation de la SNCF et du groupe s’accélère au rythme de la mise en œuvre du projet « Destination 2012 », lancé en 2008 par le président PEPY. Ce projet, destiné à augmenter le chiffre d’affaires de 50 % et à multiplier par 2 le bénéfice, consiste à finaliser l’autonomisation des branches de la SNCF et à développer les marchés du groupe. »

Intempéries, causes, conséquences et enseignements à la SNCF: la CGT interpelle Guillaume PEPY, Président de la SNCF (14/01/2010). Extraits :

« Nous considérons que l’explication qui consiste à invoquer la neige, même poudreuse, et les variations de températures pour justifier un certain nombre de dysfonctionnements est un peu courte.

Cela peut convenir au grand public mais pas aux initiés, aux professionnels que sont les cheminots qui vivent au quotidien les conséquences d’une gestion n’ayant de cesse de balkaniser la production et de rogner sur les moyens de fonctionnement, maintenance y compris.

[…]

Spécialisation, dédicace, suppression des mutualisations conduisent inévitablement à un fonctionnement rigidifié, préjudiciable à un service public de qualité qui demande souplesse, réactivité, transversalité, mises en commun

[…]

Comment ne pas parler des plus de 4 000 TER supprimés sur la région PACA de janvier à novembre 2009 pour défaut de production !?

[…]

Sur la Bourgogne et la Franche Comté, prés de 50% des circulations TER ont été supprimés dans la période de grand froid se situant de fin décembre 2009 à début janvier 2010 avec pour seul prétexte les basses températures. Cette région est une des plus froides de France et il n’y a rien de nouveau. Le seul fait nouveau, c’est le manque d’agents du matériel et d’ADC pour réaliser les opérations de préchauffages des rames et appliquer les mesures contre le gel. »

Je vous invite à lire cette lettre de la CGT à Guillaume Pépy entièrement, on y trouve d’autres exemples encore des raisons de ce bazar..

Les documents cités sont sur le site de la CGT Cheminots.

On a sur notre ligne un fort taux de croissance en terme de fréquentation, alors si ce que dit la CGT est vrai avec des réductions de moyens, qui ne permettent plus une bonne maintenance, ni les interventions préventives en temps neigeux ou à l’automne, la réorganisation en cours qui crée des rigidifications à la SNCF et des guéguerres entre ses propres entités, autant dire qu’on est face à un effet de ciseau !

La Fédération CGT des cheminots a proposé aux autres organisations syndicales une grève de 24 heures, tous services, le 3 février 2010. Autant leur fichue grève du lundi était abusée, mais cette grève semble justifiée quand tout part à vaut l’eau.

Ce qui m’étonne c’est de lire que « de plus en plus de cheminots sont confrontés à la précarité, aux fins de mois difficiles, à l’impossibilité de se loger. On assiste depuis près de 30 ans à une « smicardisation » des salaires des cheminots. » C’est donc fini cette SNCF où les cheminots étaient bien lotis ? Pour tomber dans un excès complètement inverse ?

En tout cas sur notre ligne, plus un personnel en réserve pour remplacer sur le pied levé un autre en retard… plus de train prêt à partir sur le champ pour palier une suppression ou un retard important… tout est en flux tendu…

Tout ça pour dire que peut-être ne doit-on pas critiquer en bloc les syndicats et leurs grèves et refuser tout travail avec eux, mais de le faire de manière nuancée, attaquer leurs méthodes de prise d’otage des usagers pour des petites affaires (la grève du lundi par exemple pour défendre un contrôleur parmi d’autres), et peut-être adopter une démarche plus constructive, en travaillant peut-être avec eux quand c’est juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.