La piteuse histoire du tapis roulant de Montparnasse

Il y a des conversations qui reviennent toujours sur le tapis. Le temps en Bretagne, le prix du pont sur l’île de Ré, les rillettes au Mans ou encore… le trottoir roulant rapide de Montparnasse.

Mais si, souvenez-vous, il était une fois, en 2002, un tapis roulant presque volant, 11 km/h, le plus rapide du monde…. Il devait faire gagner une minute trente aux 110 000 voyageurs qui passent par la station chaque jour, sur les 183 m qui séparent les lignes 4 et 12 des lignes 6 et 13. Aujourd’hui, pourtant, quand il fonctionne, il va à la même vitesse que les autres tapis roulants, avec en supplément l’insupportable « gardez le pied à plat ».

Mais de dysfonctionnements en dysfonctionnements, la vie du tapis a été chaotique. Ainsi, certains Parisiens ou des voyageurs venus du grand Ouest qui passent pourtant régulièrement par Montparnasse jurent ne l’avoir jamais vu marcher.

Le coût de l’opération ?
4,5 millions d’euros, rien que pour l’aménagement. Financé à 50% par la RATP, 25% par le Stif, 25% par la Région Ile-de-France. Aucune information sur le coût de la maintenance, assurée par la Cnim.

La question que tout le monde se pose

Pourquoi est-il toujours dans le sens pour aller aux métros et pas pour aller aux trains (alors qu’il est plus grave de rater son train que son métro) ?

En réalité l’objectif est d’alterner les sens, entre le matin et le soir. C’est possible grâce aux variateurs de vitesse de chaque côté qui sont identiques et qui permettent donc au trottoir rapide d’être réversible (en théorie). De toute façon, le trottoir a été financé par la RATP, il est donc conçu pour aller d’un métro à un autre, pas du métro à la gare SNCF. Pour aller à Brest (disserter sur le temps) ou à La Rochelle (discuter du prix du pont de l’île de Ré), il faut donc prendre son mal en patience selon les heures.

Inutilisable ou fonctionnant à vitesse réduite la plupart du temps, le trottoir roulant rapide est un échec coûteux. Même s’il est au moins une source de travail inépuisable pour les équipes de maintenance de la Cnim. Cela pérennise des emplois. Du constructeur à la RATP en passant par les usagers, tout le monde a fini par se prendre les pieds dans le tapis.

0 Replies to “La piteuse histoire du tapis roulant de Montparnasse”

  1. Je propose à la secrétaire d'Etat de venir prendre le train sur la ligne actuellement, et elle se rendra compte que ces réponses ne tiennent pas la route.
    Ah oui, c'est vrai. Il y a des travaux en ce moment.
    Bon alors, je lui propose de le prendre dans un mois pendant 1 mois (plus de travaux, plus d'intempéries (feuilles, neige, froid, vent, …., le cadencement sera meilleur) et elle se rendra compte de la réalité.

  2. Pauvre France, des conditions climatiques exceptionnelles et tu es paralysée. Tes routes sont enneigées, tes trains ne peuvent plus roulés, tout ça parce que tu as eu de la neige en HIVER. Et bien avec ces beaux discours tu es avancée non?

  3. Il doit y avoir 160 000 cheminots, vous ajouez les politiques, l'administration, les personnels de la région. Cela fait du monde! Et tous, il doivent répéter ces memes excuses, avec ces mêmes mots depuis plus de 15 ans. Et aucun ne fait avancer une solution. Ils sont tous robotisés, figés dans leur discour. Et incapables de gerer une situation un peu exceptionnelle. Genre tombée de neige qui n'arrive qu'une fois par an.

  4. C'est à cause des conditions climatiques sibériennes qui ont osé s'abattre pile poil sur la ligne N ou à cause d'un individu qui a signé un contrat avec un constructeur de trains tellement fragiles qu'un pet de lapin les abime ?
    L'augmentation de la fréquentation ne date pas d'hier non plus. A quoi servent les comptages ? A quoi servent les statistiques ? Pour quelle réponse ? Des trains non appropriés en ce qui concerne l'accueil et la solidité. Vive la langue de bois : c'est le vent ! Mais bien sûr…

  5. A quoi servent les statistiques? Voilaune bonne question. Les statistiques servent aux professionnels réactifs et intelligents.

    Regardez ce qui s'est passé pour la moyenne de la durée du temps de conduite: 2h50 qui a été calculée par la Cours des Comptes. Tous les cheminots qui se sont exprimé ont dit que c'était un gros mensonges. Pourquoi? Parce que EUX travaillez plus longtemps. Ils sont incapables de comprendre les implications d'une moyenne.
    C'est le genre de "professionnels" à écrire que la terre est plate aprcequ'ils la voient plate. Et cque eux ils savent parce que pendant les vacancesils regarde au loin lamer et euux ont les pieds dans l'eau. La sncf n'est pas encore capable de prendre en compte que la terre est ronde puisqu'ils ne la voient pas ronde.

  6. Anonyme de 9h02
    Je n'ai rien compris à ton charabia. Tu critique sans connaître et je me demande si tu comprends ce que tu dis.

  7. Que ceux qui critiquent les cheminots de terrain qui font ce qu'ils peuvent avec les moyens du bord (c'est à dire pas grand chose) viennent travailler avec nous sur PCLM… Ca tombe bien, on embauche !
    PS : c'est pas la région Centre qui s'occupe du TER ? C'est pas la région Centre qui veut du cadencement sans avoir le matériel adéquat ? La cible la plus visible n'est pas forcément la bonne !

  8. Anonyme 11:20,

    l'essentiel et la seule chose importante est que tu comprennes et répétes les slogans de ton syndicat.

  9. La région gère bien le TER mais le cadencement ce n'est pas la région qui l'a voulu mais RFF qui l'impose et veut que toutes les lignes soient cadencées en 2014. Après il y a le STIF qui s'empresse de cadencer ses lignes donc du fait que la ligne N du Transilien et le TER utilisent en partie les mêmes voies, le cadencement est devenu nécessaire sur le TER.

  10. Bonjour,

    Et ce matin, en gare de Chartres, direction Paris, que s'est il passé pour que le 7h27 ai 20 mn de retard, le 7h35 n'ai que 4 voitures ?

    Quant aux histoires de "régularité" des trains, qu'on arrête de nous prendre pour ce que l’on n’est pas ! A chaque fois, les TER Centre, Grandes Lignes, passent derrière les Transiliens ou autres Trains "Parisiens" !

    Autres points et non des moindres :
    – Les tarifs augmentent mais la qualité de service est plus qu'en baisse !
    – A quand un tarif "Abonnement Travail" Chartres – Paris ? Quand je vois qu'un Chartres – Versailles, c'est 115€, et qu'un Chartres – Paris, c'est au-dessus de 300€, je veux bien qu'on explique la difference pour 15km ?

    Je me demande qui a bien pu definir une limite de 75km ? ca devait etre dans les années 19xx non ?
    Il serait peut etre temps de revoir certains criteres et de les adapter aux besoins d'aujourd'hui ?

    Cdt,
    Chris.

  11. C'est une des raisons pour lesquelles nous avons monté l'asso. Il est incohérent de payer une telle fortune pour 15km, comme il est débile de payer plus cher à St-Piat, Jouy et St-Prest alors qu'il y a 2 fois moins de trains que Epernon, Maintenon et Chartres.
    Il faut revoir cette grille tarifaire qui est au kilomètre complètement ridicule il faut les revoir et les calculer en fonction du niveau de service et bassin d'emploi desservis…

  12. l'arbitraire des prix!! C'est pas la faute du privé cela!! Une telle injustice dans un service public, c'est courant et pire que dans le privé.

  13. De plus en plus de services public sont privés ou vont l'être.

    Le tarif des trains n'est pas calculé en fonction du nombre des circulations desservant une gare, mais en fonction des Km et par tranche, pour simplifier les comptes.

    Le cadencement des TER n'est pas contraint par le cadencement des transiliens tout en circulant sur les mêmes voies.

  14. Anonyme 17h51 pourquoi vous racontez n'importe quoi ?Ce jour nous avons rencontré RFF (direction Centre-Limousin) et précisément M. Rousseau qui en est le directeur. Et bien pour le cadencement il en ressort que c'est une volonté de RFF. Et comme le STIF a fait le forcing pour le mettre en place, TER s'est trouvé contraint de l'appliquer.
    Vous êtes cheminot et tant mieux pour vous mais vous ne pouvez pas non plus tout savoir…

  15. Comme certains journalistes de télé disent, je cite: Voila ce qu'il faut retenir de l'actualité!
    Autrement dit: retenez ce que nons voulons.
    C'est exactement la même chose entre RFF et vous!
    Plus de trains en circulation, plus RFF gagne de l'argent par le biais des payages
    Le cadencement n'est pas une obligation.
    Pour le moment les horairistes sont encore sous la coupe de la SNCF.

  16. Ce n'est peut être pas une obligation mais en attendant RFF l'a exigé et l'a obtenu et ce n'est pas nous, clients de la ligne, qui avons ce pouvoir. A mon grand regret du reste puisque depuis plus de liaison avec la ligne C (je pense qu'il doit en être pareil des autres "liaisons").

  17. Si dans la rue une personne vous dit: j'exige que vous me donniez 10 €. Est-ce que vous les lui donneriez ? Si vous les donnez c'est volontaire. Si on vous y oblige c'est du rachet et alors c'est condamnable.
    Pour RFF et le cadencement c'est pareil !!
    Quant aux correspondances il est tout à fait possible d'y remédier. Ce n'est qu'une question de volonté, mais pour cela il faut revoir tout l'ensemble des circulations sur 3 réseaux différents, qui touche 3 gares parisiennes (St Lazard, Montparnasse et Austerlitz. Cela représente beaucoup de boulot mais c'est faisable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.