Le bénéfice de la SNCF divisé de moitié en 2008

La crise économique a pesé sur l’activité de fret mais a épargné le trafic voyageurs. L’entreprise publique versera à l’Etat le deuxième dividende de son histoire.

La SNCF a fait état d’un bénéfice net divisé par deux en 2008 en raison de la crise économique qui a plombé l’activité du fret. Toutefois, les résultats de la Société nationale des chemins de fer français demeurent à des niveaux élevés grâce à la bonne tenue du trafic voyageurs.

La compagnie publique versera donc à l’Etat le deuxième dividende de son histoire, qui se montera à 183 millions d’euros. L’an dernier, l’Etat avait reçu 131 millions d’euros. Comme prévu, les 158.000 cheminots que compte la SNCF recevront une prime de 207 euros chacun.

Le chiffre d’affaires de la SNCF a augmenté de près de 7% en 2008, à 25,2 milliards d’euros. L’activité de la SNCF a été soutenue par le trafic voyageurs sur les grandes lignes. Le trafic Voyageurs France Europe a ainsi augmenté sa marge de 24% en 2008. En revanche, la perte dans le transport de marchandises (fret) s’est accentuée à 339 millions d’euros, contre 258 millions d’euros en 2007. Le ralentissement de l’activité des entreprises depuis le printemps 2008 n’a pas permis à la SNCF de redresser ce pôle déficitaire.

La diminution de moitié du bénéfice s’explique également par la dépréciation d’actifs de la branche infrastructure et de l’impact de l’augmentation du coût de la dette, indique le groupe. L’an dernier, la SNCF a investi 3,6 milliards pour l’amélioration de la qualité de service, un montant record, ce qui a pesé sur la dette du groupe. En outre, l’entreprise publique compte investir 700 millions d’euros supplémentaires pour la rénovation des voies et des gares ou pour un achat de nouvelles rames.

En dépit de la crise, la SNCF maintient les objectifs qu’elle s’est fixée dans son plan stratégique 2012 et entend «poursuivre les investissements à un niveau élevé en 2009, participant ainsi au plan de relance de l’économie», selon son président, Guillaume Pepy. L’objectif de la SNCF est d’atteindre en 2012 un chiffre d’affaires de 36 milliards d’euros.

0 Replies to “Le bénéfice de la SNCF divisé de moitié en 2008”

  1. C'est du gros foutage de gueule !

    Il n'y a pas de train dans l'autre sens (Paris -> Le Mans ou Nogent -> Le Mans) avant le 6h56 !

    Et s'ils n'ont plus de train ou d'agent de réserve au TER Centre, ils peuvent même pas emprunter au TER Pays de Loire ou à TGV (ah c'est vrai je suis con, c'est segmenté pour ouvrir à la "concurrence" non libre et faussée… et puis tout est en flux tendu…) ?

    Et prévenir le jour même d'une prétendue "attente d'un matériel roulant" c'est abusé, tous les trains étaient à l'heure hier !

    Faudra pas qu'on me demande mon titre de transport aujourd'hui (je ferais attendre 1 heure s'ils insistent quitte à perdre 1 heure supplémentaire) ! En raison d'un pb d'exploitation conduisant à une attente de titre de transport, le contrôle est impossible !

  2. Et comment cela il est annoncé par l'écran temps réel du site Transilien à Rambouillet ?
    "PACO 09:05 PARIS MONTPARNASSE Voie 2 "

    Il faut téléphoner à chaque fois pour savoir que bien que le train soit supprimé sur Le Mans – Paris, il est remplacé en partie sur Chartres – Paris ?

    Maintenant c'est trop tard…

  3. Arretons de se plaindre, je voudrais juste dire que je prends le train à nogent et que c'est bien la première fois que quand le 16806 à nogent est supprimé j'arrive sur le quai et un ter est la pour le remplacer….
    le 16806 supprimé me fais arriver 1 heure plus tard au boulot car le suivant est omnibus jusqu'à montparnasse …..

    alors arretez

  4. Je n'écouterais plus JAMAIS leur Service Infotrafic, leurs SMS et leur termobile.fr. Tout çà = Poubelle.

    Leur information de suppression n'a servi à rien sauf à me mettre 1 heure en retard. Vous les auriez écoutés ou vous seriez abonnés à leur machin bidule, vous seriez arrivés pour l'omnibus de 8h27 au lieu du semi-express de 7h53 ! Vous auriez aussi eu 1h de retard !

    C'est pas la première fois que le 16806 est finalement remplacé (lundi dernier déjà – tout du moins entre Chartres et Paris)… sans aucune information… mais comme y avait eu aucune information de suppression et simplement un retard affiché sur le site (qui est toujours une estimation fausse et un retard qui est rattrapé dans 99% des cas) j'étais quand même allé à la gare à l'heure prévue.

    S'ils sont pas capables d'informer les voyageurs correctement, qu'ils ne transportent que des bestiaux !

  5. Tiens on voit le coté perso de notre Maël, le voilà qu'il râle car là il y a eu un léger soucis avec SON train. Rien à dire de plus que tu coules tu coules

  6. Un léger souci ??? Une heure de retard avec leurs conneries !!!! Je râle même quand c'est pas mon train (pas tout le temps car sinon je râlerais sans cesse !), et normal non de râler 2 fois plus quand c'est son train ?

    Pauvre anonyme !

  7. @anonyme de 12:45
    Peut-être y a t-il plusieurs personnes à utiliser le pseudo "Mael" finalement? Difficile de croire que la même personne puisse être, d'un côté, d'accord avec les cheminots sur leur incapacité à prévénir un minimum de temps avant de prendre leur service en cas de maladie (ou d'autre problème personnel), puis ici reproche à la SNCF leur incapacité à annoncer correctement et à l'avance la cause d'un problème et la solution qu'ils vont trouver dans l'urgence pour y remédier…

    Tout cela va de pair, sauf pour certain apparament.

  8. @16:19

    je suis schizophrène sans doute c'est çà ?

    Pourtant est-ce un "simple" cheminot "de base", un conducteur, qui décide du système d'information de la SNCF ? De toute évidence, non ! J'en veux encore une fois à ces responsables dans leurs salons feutrés qui ont pondu ce truc qui marche quand il veut (heureusement peut-être parce qu'il y a des fois, on serait noyés sous le flot de trains supprimés ou retardés) et qu'à moitié (retard ou suppression à un instant t qui se révèle faux à l'instant t + 30 min ou t + 60 min).

    Une usine à gaz sans doute derrière ! je doute qu'un simple cheminot du service communication puisse envoyer ce qu'il veut avec, et qu'il est coincé dès que ça sort des cases bureaucratiques spécifiées au niveau national par un grand chef de SNCF Proximités branche TER.

    Trop dur de prévoir un simple champ texte libre pour spécifier qu'une suppression ne concerne qu'une partie du parcours du train, ou avertir d'une longue perturbation (genre le bloquage de Montparnasse où y a eu zéro communication par cette usine à gaz pour dire que c'était bloqué et qu'il fallait partir de Rambouillet) !

    Donc je suis en accord avec moi-même : mon reproche s'adresse à la direction de la SNCF et pas aux cheminots.

    Et à propos de la com' en cas d'incidents, j'avais repris exprès à propos du train supprimé suite au droit de retrait du conducteur de la loco du 16806 amianté le fait rapporté par un usager de la Ferté Bernard :"aucun responsable de la SNCF en gare de la Ferté ne nous a prévenu et ce, ni la veille ni le jour même". ( https://www.paris-chartres.fr/blog/2010/07/train-16806-de-lundi-dernier-droit-de.html?showComment=1279831488962#c1939365984617798855 )

    Alors n'essayez pas de chercher la faille là où y en pas !

  9. Tu pourrais développer ce que tu appelles la "direction de la sncf" ou " les responsables qui ne communiquent pas en gare de Ferté" que tu distingues bien des "cheminots". C'est quoi un "non-cheminot" à la sncf?

  10. Mael sait très bien différencié le bon du mauvais cheminot et ce n'est pas si compliqué:

    Le bon cheminot a sa carte à la CGT, Sud Rail, ou FO. Il commence à être perverti avec une carte à la CFDT car il lui arrive parfois de vouloir dialoguer avec les mauvais cheminots.

    Le mauvais cheminot a sa carte à la SNCS-SNCF (syndicat national des cadres supérieurs de la SNCF).

    Donc, pour reprendre le thème de ce sujet, tout "incident d'exploitation" venant des bons cheminots ne peut l'être que pour de bonnes et compréhensibles raisons. Si cela vient des mauvais cheminots, c'est forcement inacceptable et la démonstration perpétuelle de leur incompétence.

  11. anonyme 14:08,

    Je ne comprends pas "ton raisonnement". C'est plus une affirmation péremptoire. Quand on est antisyndicaliste, on est à côté de ses pompes?
    Quant à moi, je suis convaincu du contraire. Etre antisyndicaliste c'est la preuve d'une bonne santé intellectuelle: la preuve que l'on peut penser par soi même!
    Quand à ton "pauvre France". A voir le syndicalisme à la francaise, à la sncf, On peut y comprendre le pouvoir de nuisance, de casse, de ceux qui se cachent derrière le verbiage syndicaliste. Et, là, oui: pauvre France.

  12. parce que c'est avoir un cerveau que de reprendre la haine antisyndicale diffusée par TF1 — durant notre temps de cerveau disponible ! –, Le Figaro et bien d'autres ?

    Le pouvoir de nuisance ? La direction de la SNCF et les gouvernements successifs de droite comme de gauche, "se pliant" aux directives européennes qu'ils ont voté à Bruxelles ne sont pas nuisibles bien entendus ! Avec les répercussions qu'on connaît : moins d'entretien ; moins de personnel ; du matériel vieillissant et amiantée ; un sous-investissement pour les grandes lignes historiques, les TER et Transilien ; le TGVisme pour satisfaire les hommes d'affaires et la bourgeoisie des centre-villes pour ses vacances — notamment les bobos parisiens –, etc.

    Non c'est les syndicats évidemment ! Ils osent dénoncer le manque d'entretien, l'amiante, les réductions d'effectifs, le matériel vieillissant, la logique TGV, et défendre les retraites et les salaires !

    Vraiment à bloquer la modernisation sociale, empêcher de faire travailler des sans-papiers au noir, utiliser à plein l'intérim, des enchaînements de CDD, payer à coups de lance-pierre (si t'es pas content, y en a 10 qui attendent ta place dehors), c'est des archaïques !

  13. @Anonyme de 18h23
    « Je ne comprends pas "ton raisonnement". C'est plus une affirmation péremptoire. Quand on est antisyndicaliste, on est à côté de ses pompes? »
    Non mais vous n’êtes pas du coté de ceux qui tentent d’améliorer leurs conditions de vie.Une personne seule n'a jamais réussi à le faire pour les autres.SNCS c’est du second degré ? Je n’ai pas connaissance de cette organisation syndicale à la SNCF. Vous véhiculez en permanence votre idéologie antisyndicale sur le blog pour provoquer moult polémiques stériles, A quoi bon. Je pensais que l’anti syndicalisme était le fait d’un employeur ou d’une organisation politique, à quelle catégorie appartenez-vous ? Vous vous sentez visé par les propos de Mael ?

  14. L'antisyndicalisme n'est pas le fait d'un employeur ou d'une organisation politique. L'antisyndicalisme est le fait de la grande majorité des Français. Même à la SNCF. Pourquoi nier l'évidence?
    Les syndicalistes n'ont plus de crédit. Ils n'ont que des subventions.
    Mais il est inutile de polémiquer avec les syndicalistes. Tout le monde refuse de polémiquer avec les syndicalistes. C'est trop la langue de bois. Mais il ne faut pas confondre le silence des Français avec leur soutiens à un syndicalisme archaique et totalement politisé qui ne pretexte que la défense d'interêts corporatifs pour mieux casser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.