L’ouverture à la concurrence du rail français démarre au ralenti

La bataille du rail démarre doucement en France à moins d’un an de la fin du monopole de la SNCF en matière de trafic international de voyageurs avec l’entrée en lice discrète de la compagnie italienne Trenitalia alors que la Deutsche Bahn hésite à franchir le pas.

C’est à partir du 13 décembre 2009 que les concurrents de la SCNF pourront faire rouler des trains à leurs couleurs sur les lignes internationales en France, dans le cadre de la directive européenne de 2007 sur le rail.

Une petite « révolution », selon Guillaume Pepy, président de la SNCF, qui fourbit ses armes face à ses futurs rivaux et cherche à accélérer la croissance de son activité en poussant ses pions sur la scène internationale.

Selon la Commission européenne, les consommateurs seront les premiers à bénéficier de l’ouverture à la concurrence, avec des tarifs en baisse et un nombre de trains et services en hausse.

Mais pour l’heure, les candidats sont rares: de source industrielle, seuls Trenitalia et un petit opérateur de fret européen ont déposé des demandes de créneaux horaires de circulation (sillons) pour 2010 auprès de Réseau ferré de France (RFF), gestionnaire des voies.

Cette frilosité est due aux nombreux obstacles techniques et bureaucratiques.

Si les Italiens semblent prêts à tenter l’aventure, la crise a quelque peu freiné les ambitions de la Deutsche Bahn, première rivale de la SNCF qui n’a jamais fait mystère de son intérêt pour le marché français.

L’InterCity Express (ICE), l’équivalent allemand du TGV, roule déjà en France, reliant Paris à Forbach, dans le cadre de la coopération entre la SNCF et DB sur les lignes Paris-Francfort et Paris-Stuttgart.

Mais les Allemands pourraient aussi être tentés de faire directement concurrence à la SNCF, dans un contexte de tensions récurrentes entre les deux géants du rail européen. La SNCF a ainsi accusé la DB de piratage d’un site internet interne, avant de se rétracter.

L’autre grande concurrente de la SNCF, Air France, est en embuscade. La compagnie aérienne compte en effet s’allier avec Veolia Transport pour créer un champion européen de la grande vitesse ferroviaire et faire rouler des trains en France. Mais le projet ne devrait pas voir le jour avant 2011.

0 Replies to “L’ouverture à la concurrence du rail français démarre au ralenti”

  1. Maël et sa grande science a encore frappé ! Le roulement du 18h03 est une rame RIO et non des TER 2N NG. Quand on sait pas on se tait.

  2. C'était le 18h32 à Versailles Chantiers. A vouloir être gentil et parler comme tout le monde avec l'heure de départ de Paris Montparnasse, on s'emmêle les pinceaux dans les horaires…

    Vous auriez pu corrigé de vous-même puisque le train précédent est une rame VO2N + BB8500 et le suivant pareil (en général).

    Sinon pour votre gouverne ce soir le 18h03 était composé non pas d'une rame RIO mais de 2 rames RIO comme c'est le cas habituellement ! Vous avez le droit aussi de vous taire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.