Une semaine se finissant en beauté

Ce matin, parmi les trains au départ de Chartres et à destination de Paris Montparnasse, il régnait un certain chaos.
En effet, l’organisation légendaire de la SNCF a encore frappée.
Mais reprenons la chronologie des faits :

– 7:12, les schtroumfs sont à l’entrée du quai 1B (quai de départ du 16804 à 7:27 vers Paris), et contrôlent les titres de transports afin d’être autorisé à poser le pied sur le quai.

– 7:25, l’ADCette (c’était une contrôleuse) annonce par sono que le 16804 partira avec un retard de 5 minutes, car le car en provenance de Brou n’est pas encore arrivé.
Mouvements d’interrogation dans les voitures : en effet, la SNCF a depuis 1 an supprimé l’obligation d’assurer les correspondances. De plus pourquoi retarder le départ de l’express de 7:27, alors qu’à 7:34 puis 7:37, deux autres trains partent vers Paris ?

– 7:30, l’ADCette reprend son micro, et explique que finalement suite à la suppression des 862470 (le 7:34) et 862472 (le 7:37), notre express fera des arrêts supplémentaires à Maintenon, Epernon et Rambouillet.

– A ce moment, de nombreux voyageurs pénètrent dans les voitures (déjà bien pleines en temps normal), et se casent là où il y a de la place : dans les travées, dans les inter-circulations entre les voitures, et même dans les portes bagages. rappelons que le 16804 est assuré en voitures Corail peu propices au transport de bétail en masse.

– 7:35, toujours l’ADCette : « Rectificatif, rectificatif…, l’arrêt à Rambouillet ne sera pas assuré ». Immédiatement, les nombreux voyageurs montés dans les voitures pour Rambouillet essaient de sortir au plus vite. Un certain cafouillage règne alors (les voitures étant blindées de monde).

– 7:40, le train part enfin. Maintenon et Epernon verront leur flot de voyageurs s’entasser dans ce que maintenant on peut appeler des wagons (et non plus voitures).
Le reste du voyage se ferra correctement, si ce n’est des arrêts prolongés dans chaque gare afin que tout le monde puisse descendre et monter.

L’arrivée à Montparnasse se fera avec un retard de 25 minutes.

Remercions donc le professionnalisme de notre bonne SNCF :
– malgré le bordel qui allait venir, les agents de la gare de Chartres contrôlaient tout de même les billets : ce n’est pas la moralité ni la fierté qui les étouffera.
– Annoncer Rambouillet comme gare d’arrêt pour se rétracter quelques minutes après (pour être sûr que tous les voyageurs à destination de cette gare allaient s’embêter à renter dans les voitures bondées, puis à en ressortir) démontre une fois de plus que le côté organisationnelle de la SNCF, ce n’est pas encore ça.

 Br 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.